Archives de catégorie : Textes et récits

Des extraits d’ouvrages, des archives, des articles de presse collectés qui permettent de saisir les lieux

Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Par Irène Carpentier, David Goeury, Zakaria Kadiri

La corbeille de Nefta est une palmeraie enserrée au coeur d’un cirque de sable d’un kilomètre de largeur. En dessous de cette strate de sable, une couche d’argile étanche générait de multiples résurgences, jusqu’à 152 sources, selon les dires. Mais le percement de cette couche d’argile par des forages profonds à mis fin à ce phénomène naturel.

Aujourd’hui, la corbeille reste un lieu important de la mémoire locale et a fait l’objet d’un projet d’écotourisme depuis 2008. Bien qu’elle ne doive sa survie qu’à une série de forages profonds (plus de 140 mètres) aussi bien pour irriguer les 20 ha de terres, que pour remplir le vaste bassin de son extrémité orientale, elle a été présentée par les autorités et les bailleurs de fonds internationaux, comme un nouveau modèle de tourisme oasien en Tunisie, suite à des aménagements financés, par la principauté de Monaco entre autres. La crête est dominée par les hébergements qui se revendiquent plus ou moins écologiques, du fait de leur vue plongeante sur cet écrin de verdure. Chaque hôtel ou maison d’hôte assure sa promotion à travers la Corbeille, les qualificatifs ethno-environnementaux sont démultipliés dans de large articles d’auto-promotion touristique.

Or, une visite de terrain le 19 octobre 2016, nous a poussé à regarder autrement ce site largement mis en scène dans les médias. En effet, mardi 27 septembre, en 90 minutes, 74 millimètres de pluie se sont abattus sur la ville. Soit la plus forte averse depuis cinq ans. Les bassins versants se sont couverts de ravines, le sable s’est engouffré dans le lit des oueds et est venu recouvrir une grande partie des aménagements touristiques ainsi que certaines parcelles agricoles. L’aléa climatique joue un rôle de révélateur de la fragilité des dispositifs et des discours. Coulées de sables, structures arrachées, eaux stagnantes, déchets déplacés, sont autant de stigmates d’une réalité bien moins heureuse que celle projetée par des manipulateurs de symboles que sont les professionnels du tourisme, les désigners à la mode et autres ONG de développement local.

Continuer la lecture de Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Par Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Nefta, oasis historique du Jérid, reste parmi les plus prestigieuses de Tunisie. Cependant, la palmeraie est loin d’être uniforme et connaît des dynamiques différentes entre le site historique de Ras el Aïn (appelé aussi la Corbeille), et les extensions périphériques modernes.

Il s’agit ici de revenir sur deux visites de parcelles afin d’illustrer la construction d’une opposition discursive entre des sites oasiens dits historiques et des espaces plus récents dominés par le modèle productiviste.

En effet,  les associations de protection et de valorisation se multiplient dans les espaces oasiens les plus anciens, caractérisés par un fort morcellement et une certaine déprise agricole. Ces associations tentent de redéployer une activité autour de la singularité de ces sites et de leur biodiversité. D’autre part, des logiques de spécialisation et d’intensification capitalistique sont à l’oeuvre, en particulier sur les parcelles les plus éloignées du coeur historique.

Continuer la lecture de Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Subtile porosité

Par Alia Ben Ayed, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaut

Une expérience sensible menée dans le quartier historique d’El Algama, engageant davantage notre attention sonore, nous amène à reconsidérer la représentation que nous avions des lieux. Nous sommes constamment sollicités par des sonorités, composées au gré des événements, de chants d’oiseaux, de pétarades de mobylettes, de claquements de sabots de mulets traînant leur charrette, de paroles, de rires, de jeux d’enfants. Ses sonorités colorent le parcours, le rythment,  reconfigurent sa géométrie, modifient parfois sa plasticité lorsque les formes sonores débordent au-delà des limites proprement construites.

Continuer la lecture de Subtile porosité

Nefta : une corbeille de sons

Par Abdelaziz Barkani, Noha Gamal et Jean-Paul Thibaud

Nefta, un matin d’octobre. Tu es sur la terrasse de l’hôtel Dar Hi et ton regard s’étale à l’horizon. Un plateau avec différents niveaux creuse une corbeille en contrebas. Une invitation à descendre et à la visiter. Tu descends. Après quelques virages tu te retrouves en bas, sur le chemin de terre. Tu échanges quelques salutations du matin : Bonjour… sabah el Khair… Tu croises les ouvriers déjà au travail et tu continues à descendre. Le calme t’attire et t’enveloppe petit à petit. Un fond de silence sur lequel se diffuse le chant des oiseaux. La verdure te recouvre, les palmiers t’entourent et cachent le ciel. Un écran végétal voile le regard. Tu entends un coq, tu le cherches, tu le localises mais tu ne le vois pas. Ta vue est empêchée, masquée. Par contre tu distingues très clairement la présence sonore des animaux. Expérience acousmatique. Disjonction entre le visuel et le sonore.

Continuer la lecture de Nefta : une corbeille de sons

Le legmi : une menace pour la biodiversité phoenicole, stigmate de la crise de l’agriculture dans la corbeille

 Par Irène Carpentier et David Goeury

Le soir, nous traversons la palmeraie avec le président du GDA, membre du bureau exécutif de l’Agdor (Association de gestion durable de l’oasis de Ras el Aïn). Il se positionne comme un propriétaire responsable. En tant que petit propriétaire, il critique à la fois les propriétaires absentéistes et les khammess en cherchant à se distinguer par son engagement civique pour l’agriculture dans la corbeille.

Lors d’un très long entretien, qui vient compléter un entretien déjà mené par Irène Carpentier en avril 2016, il pose trois questions :

– Le rapport de responsabilité des agriculteurs à la biodiversité de la corbeille de Nefta. Il oppose la permanence d’un patrimoine agricole et des pratiques opportunistes à court terme

– Les enjeux de la question sociale entre des propriétaires absents et des khammes qui ne seraient pas dans une logique de reproduction du capital phoenologique

– La transformation de la pratique du legmi ou vin de palme (boisson de sève de palmier qui se consomme fraîche ou fermentée) en symbole de la dégradation de l’exploitation des palmiers.  A l’inverse de l’ancienne pratique qui permettait la survie du palmier, les palmiers peu productifs ou de variétés communes sont désormais sacrifiés et remplacés par des deglet nour, permettant le maintien de cette pratique alimentaire et festive traditionnelle. Continuer la lecture de Le legmi : une menace pour la biodiversité phoenicole, stigmate de la crise de l’agriculture dans la corbeille

La source bleue : La cour de la ville

Par Noha Gamal Saïd

Ecouter pour comprendre la configuration sonore de cet espace.

La source est un espace phoniquement particulier : il s’oppose à la hiérarchie sonore de la médina. De la maison, au derb, en passant par la rue, l’avenue et enfin la place, il existe un processus d’intensification des activités et de la circulation qui se traduit par un gradient sonore allant du calme dans l’espace semi privé jusqu’au tumulte des espaces publics les plus fréquentés. Le feutré des cours intérieures et des impasses s’oppose au bruit des places et des rues commerçantes. Or au sein du dispositif sonore de la médina, l’Ain Zerka apparaît comme un lieu singulier.

Continuer la lecture de La source bleue : La cour de la ville

Dans l’ambiance d’une bergerie urbaine (1ère partie)

Par Zakaria Kadiri, Nasser Tafferant, Jean-Paul Thibaud et Khadija Zahi.

 

Dans cet article, nous nous proposons de restituer des observations d’une rue marchande de la médina de Tiznit – l’avenue Sidi Abderahmane (dite Fouq el oued)-, à l’approche de la fête de l’Aïd el kebir. Notre cheminement nous conduit à explorer l’ambiance d’une bergerie dans laquelle sont vendus des moutons. L’équipe se compose de quatre sociologues ayant des degrés de familiarité différents au terrain. Le défi est de mettre à l’essai des outils d’observation et des modalités de l’expérience partagée du sensible. Ce peut être par une attention portée aux regards, aux sons, aux souvenirs et aux émotions.

Continuer la lecture de Dans l’ambiance d’une bergerie urbaine (1ère partie)

Ahmed Hamiddouch

Le 6 avril, nous nous mettons en route en fin d’après-midi, en direction du petit marché central de la rue Sidi Abderrahmane (Lksabt n tafoukt) dont l’activité bat son plein à ce moment précis de la journée. Une fois sur place, nous entamons la conversation au hasard des rencontres, avec des hommes ou des femmes d’un certain âge susceptibles de faire remonter quelques souvenirs d’un temps où la vie quotidienne semblait foisonner autour de la source bleue.

Marché de la rue Sidi Abderrahmane (Lksabt n tafoukt)
Marché de la rue Sidi Abderrahmane

Continuer la lecture de Ahmed Hamiddouch

Tiznit, la légende de la source et la cité coloniale, selon Mohammed Khaïr-Eddine dans « Légende et vie d’Agoun’chich »

Extrait de Mohammed Khaïr-Eddine, Légende et vie d’Agoun’chich, Editions du Seuil, 1984.

Mohammed Khaïr-Eddine (1941-1995) est né dans un village de la vallée des Ammelns dans la province de Tiznit. Poète engagé, il s'exile en France puis revient dans son village d'origine pour écrire un roman d'aventure entre Tafraout, Taroudant et Tiznit. Son héros Agoun'chich "tronc d'arbre mort" en tachelhit porte en lui toute la mémoire populaire et lutte contre son effritement.
Les vingt dernières pages du roman se déroulent dans la ville de Tiznit. Mohammed Khaïr-Eddine rappelle une des versions du mythe de fondation de la ville autour de la source d'eau de Lalla Zninia puis décrit les transformations coloniales. Il insiste tout particulièrement sur la question de la prostitution avec des figures très ambivalentes.

    Agoun’chich, qui savait que cet hiver-là serait terrible, résolut d’aller à Tiznit. Il jeta un dernier regard plein d’amertume à la vallée où il était né, enveloppa ses affaires dans une couverture qu’il fixa au dos de sa mule et se mit en route. Il connaissait les détours les plus secrets de la montagne… Aussi se dit-il qu’il ne risquait de rencontrer que des bergers ou des vagabonds isolés. Il éviterait les villages bordant la piste nouvellement tracée par les légionnaires et suivrait le chemin des crêtes. La nuit, il dormirait comme d’habitude à la belle étoile. Cependant, il faudrait se procurer du fourrage et de l’eau pour sa monture, l’été ayant complètement pelé et asséché les hauteurs. Cela ne l’inquiétait pas, car il pouvait payer sans discussion.

            Il arriva à Tiznit au bout de quatre journées de marche. Il n’avait jamais encore vu cette ville dont on lui avait pourtant vanté les couleurs fortes et la splendeur. Ses yeux s’attardèrent longtemps sur ses remparts. On racontait qu’elle avait pour fondatrice une prostituée repentie. Elle était venue du Sahara accompagnée d’une chienne. Elles mouraient de soif depuis des heures. À un moment, la chienne disparut et finit par revenir toute trempée. Elle conduisit aussitôt sa maîtresse à l’emplacement d’une source abondante et pure. Alors l’ancienne prostituée tira un trait sur son passé dissolu, s’installa sur les lieux et devint une sainte irréprochable. Personne n’a jamais pu vérifier cette légende, mais Agoun’chich y croyait comme il croyait à l’existence des êtres surnaturels et aux forces occultes des ténèbres qui l’avaient toujours préservé d’une destruction imminente.

    Dès son arrivée, il loua une chambre dans une auberge donnant sur la place du Méchouar. Cette place rectangulaire et vaste accueillait une foule bigarrée dans ses gargotes et ses garnis modestes. Il y avait constamment un va-et-vient intense. On y mangeait à satiété pour presque rien. Malgré la nouveauté que représentaient les camions et les autocars, les gens continuaient de voyager à dos de mulet ou d’âne et de transporter leurs affaires sur des dromadaires. Les esprits religieux superstitieux assimilaient encore les inventions modernes à une manifestation du diable. Ils disaient que les Français les avaient introduites ici pour dévoyer les croyants et grossir les rangs des infidèles.

Continuer la lecture de Tiznit, la légende de la source et la cité coloniale, selon Mohammed Khaïr-Eddine dans « Légende et vie d’Agoun’chich »