Archives de catégorie : Archives historiques

Aménagement successifs de la source historique des années 1920 aux années 1970

La source historique de Tiznit est une résurgence karstique qui a été aménagée en bassins afin de permettre son prolongement sous la forme d’une séguia (canal) à même d’irriguer l’oasis.

Les premières images prises à la colonisation montrent deux bassins successifs et le canal d’irrigation aérien.

Source de Tiznit début années 1920

A la colonisation, la sources est réaménagée. Le bassin est élargi et approfondi. Des escaliers permettent alors l’accès au nouveau bassin. Le canal de la source est alors au pied des marches.

La source de Tiznit après son réaménagement dans les années 1930

Les escaliers facilitent alors l’accès à la source. Les femmes font ainsi leurs lessives dans le nouveau bassin.

Continuer la lecture de Aménagement successifs de la source historique des années 1920 aux années 1970

Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

L’Unesco (article extrait du blog de Salima Naji http://www.salimanaji.org ) reconnaît les paysages culturels comme des «ouvrages combinés de la nature et de l’homme». Les paysages culturels illustrent l’évolution de la société et des établissements humains au cours des âges, sous l’influence de besoins, atouts et contraintes liés à l’environnement naturel et aux forces sociales ou économiques successives, voire cultuelles ou culturelles.

Or, la ville de Tiznit a connu de profondes transformations depuis la fin du XIXe siècle. Ain Aqdim «la source ancienne» appelée souvent en français «Source bleue » (Ain Zerka dans les guides touristiques), aurait pu être mieux traduite par  « la première source ». Elle est, en effet, à l’origine d’une palmeraie entretenue par l’homme pour devenir progressivement des jardins. Ces jardins étaient nombreux encore au début du siècle, quelques décennies après que le Sultan My Hassan Premier ait fait édifier les remparts de Tiznit.

La cité en 1918, 36 ans après l’édification des remparts reste encore dominée par les activités agricoles. Les noyaux villageois ne sont pas fondu dans un nouveau tissu urbain.

Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultanienne et enserre encore de nombreux jardins.
Ce plan reprend la restitution du capitaine Reboul en 1918. La ville se limite alors aux murailles sultaniennes et enserre encore de nombreux jardins.



Continuer la lecture de Ain Aqdim au coeur de la médina Tiznit, retrouver les origines de la ville par Salima Naji

Tiznit en 1971 : photo aérienne

 

Les années 1970 marquent une transformation radicale de la ville de Tiznit. Celle-ci devient un chef-lieu de province en 1975 et connaît alors une très forte croissance démographique.

Une ville nouvelle est progressivement bâtie à l’ouest de l’ancienne médina pour accueillir toutes les administrations, les logements des fonctionnaires et un nouveau quartier commercial.

La ville de Tiznit sort alors de ces limites historiques : les murailles sultaniennes édifiées à partir de 1882.

Par ailleurs, l’eau de la source de Reggada est progressivement détournée de la palmeraie au profit des nouveaux quartier et de l’eau potable. Le périmètre irrigué historique connaît alors une profonde mutation. L’oliveraie est abandonnée tandis que de nouvelles exploitations plus au nord se développent grâce à l’équipement des puits historiques avec des motopompes.

L’image aérienne ci-dessous présente un ultime état des lieux avant ces changements.

Photo_aerienne_Tiznit_1971

La ville nouvelle reste encore très modeste alors qu’en revanche le périmètre irrigué se déploie au nord de l’ancienne médina.

Il est possible de clairement distinguer l’oliveraie, Targa n’Zit, de Targa n’Oussenghar, où sont cultivées céréales et légumineuses.

 

 

 

le mythe de fondation de Tiznit dans une archives de 1580, traduite par Léopold Justinard

Extrait du Kennach signé par Brahim ben Ali ben Abdallah el Hassani daté de 988 de l’Hégire (1580 calendrier grégorien) et traduit par Léopold Justinard et publié en 1933 sous le titre « Notes sur l’histoire du Sous au XVIe siècle. I.-Sidi Ahmed ou Moussa. II.- Carnet d’un lieutnant d’Al Mansour », Archives marocaines XXIX.

Une femme de grande beauté était connue pour sa mauvaise conduite. Elle vécut longtemps de cette façon, amassant de grands biens. Quand Dieu voulut lui pardonner ses péchés, il fit descendre le repentit dans son coeur. Elle se repentit d’un coeur sincère, pleura ses péchés et s’expatria jusqu’à un lieu ou est bâti Tiznit.

C’est dans une terre blanche, sans eau et sans arbre, rien que beaucoup de jujubiers. Elle s’y arrêta et creusa la terre de ses mains pour trouver l’eau, voulant bâtir une mosquée. Puis elle piocha un certain temps et une source abondante jaillit. Alors elle bâtit la grande mosquée des Id Dlaha, la première construction de Tiznit, qui fut nommé de son nom. Elle avoua qu’elle avait commis l’adultère et Dieu lui pardonna. Elle resta dans cette grande mosquée à adorer Dieu Très Haut qui l’a favorisée de grands miracles.

C’était en choual de l’an 800 (soit 1397 calendrier grégorien).

Le conflit sur la source entre les habitants de Tiznit et les Oulad Jerrar de 1912 à 1922

Extrait de La monographie de la tribu des Ahl Tiznit rédigée par le capitaine de La Boissière en 1940.

Au sein de cette monograhie se trouve un passage détaillant le conflit entre les habitants de la ville de Tiznit et les habitants de l’amont les Oulad Jerrar.

La source de Reggada, n’est pas à proprement parler un point d’eau des Ahl Tiznit puisqu’elle naît en tribu Ouled Jerrar à 14 km au sud de Tiznit. Cependant, étant donné qu’elle irrigue la palmeraie et l’oliveraie de Tiznit, il n’est pas permis de la passer sous silence. Son débit partiel est de 40 litres par seonde. Il a été sensiblement amélioré par la mise sous buses en 1940 du canal d’adduction.

L’Aïn Agdim, se présente sous la forme d’une guelta, reliée par une khettara à l’oliveraie du souq el Khemis. Elle communique avec le source de Reggada ainsi que le met en lumière l’anecdote suivante :

  » En 1912, le caïd Abdesselam Nid Bourhim avait le le commandement des Oulad Jerrar. Un fellah forait un puits au lieu-dit El Bnaouer, à Reggada. A une quinzaine de mètres de profondeur, il entendit sourdre une source. Il en rendit compte au caïd Jerrari. On ouvrit une khettara qui rencontra le cheminement d’une source. C’était la tête de source de l’Aïn Aqdim de Tiznit. Le caïd Abdesselman l’ayant asséchée, Ma El Aïnin qui résidait alors à Tiznit obtient de Jerrari qu’il rétablisse le statu quo ante. A l’arrivée du khalifat Ben Dahan, l’eau fut asséchée à nouveau par les Oulad Jerrar. Ce personnage fut remplacé par le Goundafi, ennemi personnel du Jerrari. L’eau fut à nouveau coupée par ce dernier, asséchant complètement la source de Tiznit. Le pacha El Goundafi leva immédiatement une harka pour marcher sur Talaïnt. Le capitaine Justinard alors en résidence à Tiznit, s’interposa et engagea le Jerrari à conclure un arrangement amiable avec le Goundafi, faute de quoi le Makhzen soutiendrait le pacha de Tiznit dans son différent avec le caïd Ayad. A contre coeur, le Jerrari cédé et les sahab  du pacha accompagnés de maallemin, allèrent à Reggada rétablir l’ancien état des choses. Depuis lors, l’eau ne fut plus jamais coupée ».