Sguifa : lieu de mémoire tendre d’une ville. Savoir vivre ancestral et mode de vie oasien

Par Hind Ftouhi et Khadija Zahi

Depuis les inondations des années 1990, la médina de Nefta  subit de profonds changements architecturaux qui risquent de lui faire perdre progressivement son caractère et son identité. On assiste à un cycle d’abandon et de démolition des anciennes maisons et à la naissance de logements construits avec le béton à la place de l’architecture de terre.

Sguifa : espace pivot de la maison traditionnelle « beni Arbi » articulant l’extérieur et l’intérieur. Un espace réglé par un jeu de contraste entre le dehors et le dedans, le chez soi et la rue « le bourtal », le proche et le lointain … L’abandon des maisons traditionnelles, la disparition du savoir faire architectural ancestral et l’envahissement de l’architecture du béton font de Sguifa, à l’instar des villes invisibles d’Italo Calvino[1], un ensemble de beaucoup de choses : de mémoire, de désirs, de signes d’un langage ; des lieux d’échanges de mots, de désirs, de souvenirs.

Maison traditionnelle effondrée

Sguifa ouvrant sur le Bourtel (la ruelle)
Jeux de regards entre la Sguifa et le Bourtel

A travers les témoignages des habitants de Nefta à qui nous avons demandé de nous parler de Sguifa : que représente-elle pour eux ? Qu’est ce qu’ils ressentent dans cet espace ? Nous tentons de restituer les ambiances qui règnent dans la Sguifa et la place qu’elle occupe dans la mémoire et le vécu de ces habitants.

Sguifa : nostalgie « hanin » et tendresse « hanan »

Ali est couturier et muezzin de la mosquée «  Cheikh Mohamed Ben Nasr ». Son petit atelier est à l’entrée du quartier historique. Ali n’est pas natif de ce quartier, il  s’y  est installé il y a cinq ans pour des raisons professionnelles. A fin de pouvoir assurer les cinq appels quotidiens à la prière, il a choisi d’acheter une ancienne maison « une ruine » selon lui  et a construit à la place une nouvelle maison « beni souri ».

 

 

 

Entrée de la mosquée de Cheikh Mohamed Ben Nasr

Sguifa évoque pour Ali la nostalgie d’un mode de vie familial et oasien. « Après une longue journée de labour dans les champs, les hommes rentrent et se mettent dans Sguifa. Les femmes leur préparent le thé, le déjeuner, le dîner. C’est là qu’ils passent la soirée et prennent  tous leurs  repas. Dans sguifa on s’allonge, se sent moins tendu, on est serein et on épreuve une grande tranquillité d’esprit. ».

Le discours de Ali est marqué par un très fort rapport affectif « hanin » à ce lieu et  à toutes les activités qui s’y déroulaient.  «  C’est le lieu de retrouvailles avec la famille et les proches, les tantes, les grands-parents ; le  lieu où on raconte aux enfants des contes, où on prépare certains plats et où les femmes se réunissent autour du métier à tissage, où on s’allonge sur des tapis traditionnels en laine Ntaâ ou en bouts de tissus confectionnés kilim chalalik, où on fait sécher les oignons,  les piments,  l’ail… ».

Outre  la nostalgie de Sguifa et de la vie d’avant, Ali qualifie le sentiment que ce lieu procure à ses habitants de tendresse « hanan ».  Grâce aux matériaux utilisés l’argile (terre) « tin » les adobes « toub », les poutres de bois de palmier « zwayiz », Sguifa retient la chaleur en hiver et est fraîche en été.

Entrée d’une maison restaurée

Sguifa : ambiance « Jaw » d’enfance

Tibr est couturière. Elle traverse fréquemment la frontière Algérienne pour acheter des tissus. Tibr a passé son enfance et sa jeunesse dans un grand houch où vivait sept familles ensemble. Le soir, elles se réunissaient dans Sguifa pour passer de bons moments ensemble et profiter de la fraîcheur du lieu pendant l’été.

Les premiers souvenirs de Tibr à l’évocation de Sguifa, sont les jeux qu’elle partageait avec les enfants de son âge « on jouait au cache-cache,  à la corde, les pierres, les bouts de bois de palmier…  Les enfants créaient et faisaient leurs ambiances « Jaw ». Chaque enfant amenait un légume et on préparait le repas ensemble et on le mange ensemble. On jouait avec le métier à tissage».

L’espace de Sguifa rappelle un passé, une vie simple, des liens familiaux et de voisinage « les sept familles vivaient ensemble, on passait la majorité du temps dans Sguifa pour profiter de sa fraîcheur, chaque famille amène un repas, on était soudé, les gens s’entraidaient ».

Par contraste, la vie de maintenant n’est plus la même « malheureusement ce « Jaw » est perdu, on jouait plus comme avant. La vie d’avant était mieux,  même si elle était simple par rapport à maintenant».

C’est dans ce rapport entre passé et présent, entre vie d’avant et d’aujourd’hui, entre le « Jaw » d’enfance et le « Jaw » de maintenant que Tibr puise ses souvenirs de l’ambiance « Jaw » de Sguifa

Sguifa : « Beni arbi » un savoir faire ancestral

Pour les deux ferronniers dans le quartier historique «  Elalegma », qui ont arrêté leur activité quelques instants, pour répondre à nos questions, Sguifa renvoie immédiatement au « repos et à la tranquillité ». Après une rude journée de travail, l’artisan rentre chez lui et s’allonge sur « Dakakine ». La fraîcheur du lieu aide le corps  et l’esprit à jouir pleinement de ces moments de repos intense.

Sguifa renvoie aussi à un type de construction ancien «  Beni arbi »  et à un savoir faire ancestral. Ils précisent qu’ «  une maison «  Beni arbi »  sans Sguifa, n’est pas une maison. C’est un « beni souri » (moderne) ».

La réponse de ces artisans à notre question est construite dans ce rapport d’opposition entre type de construction « arbi » et « souri », ancien et moderne. En filigrane de cette opposition, ce sont les matériaux utilisés et la manière de construire qui sont mis en avant. Leur témoignage prend les allures d’un testament et d’un deuil d’une construction et d’un savoir faire disparu et un plaidoyer pour un patrimoine à sauver et à conserver.

Leur atelier est une Sguifa qui a été transformée en lieu de travail. L’épaisseur du mur, la solidité du plafond construit avec du bois de palmier, qui est dans un très bon état après plus d’un demi siècle, sont les témoins visibles de  la grandeur et du génie du « beni arbi »

Sguifa transformée en atelier de ferronnerie

Sguifa : souvenirs d’une oasis plein de vie

Au coin d’un «  bourtal » du quartier historique, nous avons rencontré El haj.  Il  se dirigeait vers la mosquée pour accomplir la prière du soir « Alaichaa ».

A la question, qu’est ce vous sentez quand vous vous trouvez dans la  Sguifa, El Haj répond «  c’est l’endroit du repos. Toute la famille s’y repose. Elle y boit le thé et y prend le déjeuner. Elle y passe avec les proches toute la journée et ne rentre à la maison que le soir pour dormir »

Pour El Haj, Sguifa est un espace de convivialité familiale et de repos. Un espace intermédiaire entre l’espace privé/ intérieur (les autres parties de la maison) et l’espace public/ l’extérieur (la rue « le bourtal »). L’espace de Sguifa communique avec celui du « Bourtal ».

De la question sur le ressenti présent de Sguifa,  El haj enchaîne en évoquant des souvenirs d’une oasis qui n’est plus la même « il y avait la rivière qui coulait près du quartier historique « Elalgma », l’air pur, l’oasis était vivante, il y avait des vergers, des grenadiers, des pêchers, des vignes… il y avait un très profond sentiment de repos ».

Sguifa c’est l’entrée de la maison. Par sa position architecturale «  c’est la base et le pivot de la maison », par ses fonctions familiales et sociales (convivialité, partage des bons moments avec la famille et les proches) par la simplicité de ses matériaux et son immobilier et leur naturalité (la terre, la laine, le bois du palmier),  c’est un espace,  comme le qualifie El haj, « qui n’a pas de semblable ».

Décharge à l’entrée de l’oasis de Nefta 

Les quatre témoignages restituent les ambiances qui règnent ou régnaient dans Sguifa ; des ambiances en symbiose totale avec l’oasis, son climat, ses règles de vie commune et ses valeurs sociales. Elles se manifestent au niveau individuel par le sentiment de repos, tranquillité psychologique, sérénité du  corps et de l’âme… Au niveau collectif par les retrouvailles familiales, partage des repas, veillés,  les contes, les jeux. Le cadre spatial et architectural de Sguifa, les matériaux naturels utilisés, et le savoir faire ancestral préservent contre le froid de l’hiver et la chaleur de l’été et procurent un sentiment de tendresse « hanan ». Avec la disparition progressive des maisons traditionnelles et l’invasion du béton, les personnes interrogées font appel aux souvenirs et à la mémoire  pour raconter et décrire un passé très proche et une oasis, une ville, une société, un monde qui subissent des changements rapides et incontrôlables.

 

Un vestibule plutôt qu’une sgifa?
Le Sabba remplace les zwayez

[1] Calvino Italo, les villes invisibles, Editions du seuil, 1996