Deux ambiances agricoles dans la palmeraie de Nefta : retour sur deux visites de parcelles

Par Irène Carpentier, David Goeury et Zakaria Kadiri

Nefta, oasis historique du Jérid, reste parmi les plus prestigieuses de Tunisie. Cependant, la palmeraie est loin d’être uniforme et connaît des dynamiques différentes entre le site historique de Ras el Aïn (appelé aussi la Corbeille), et les extensions périphériques modernes.

Il s’agit ici de revenir sur deux visites de parcelles afin d’illustrer la construction d’une opposition discursive entre des sites oasiens dits historiques et des espaces plus récents dominés par le modèle productiviste.

En effet,  les associations de protection et de valorisation se multiplient dans les espaces oasiens les plus anciens, caractérisés par un fort morcellement et une certaine déprise agricole. Ces associations tentent de redéployer une activité autour de la singularité de ces sites et de leur biodiversité. D’autre part, des logiques de spécialisation et d’intensification capitalistique sont à l’oeuvre, en particulier sur les parcelles les plus éloignées du coeur historique.

Une petite parcelle de la corbeille

Parcelle de la Corbeille
Parcelle de la Corbeille
Parcelle de la Corbeille
Parcelle de la Corbeille

Au coeur de la palmeraie historique de Ras el Aïn, (appelée aussi la corbeille) trois mètres au-dessus du lit de l’oued, au bord d’un des chemins principaux, une petite parcelle est mise en valeur selon des critères de conservation de la biodiversité. Son propriétaire militant, très investi dans la société civile, est président du GDA (Groupement de Développement Agricole) et membre du bureau exécutif de l’AGDOR (Association de gestion durable de l’oasis de Ras el Aïn). Il est multiactif et garantit ses revenus comme serveur à l’hôtel des Sources.

L’irrigation se fait par le réseau collectif avec un tour d’eau depuis le forage profond du GDA, mis en service depuis août 2016, suite à la dégradation du précédent. L’exploitant, en tant que président, souhaiterait que le tour d’eau soit modifié selon les saisons, passant de tous les 5 jours en été à tous les 6 jours à l’automne puis à tous les 7 jours en hiver pour économiser l’infrastructure et la nappe. Par ailleurs, cet agriculteur revendique une forte biodiversité sur sa parcelle et souhaite en faire un modèle pour l’ensemble de l’oasis, tout particulièrement pour sa partie historique, « la Corbeille ».

Il conserve plusieurs espèces de palmier qui atteignent plusieurs dizaines de mètres, et dépassant pour certains 70 ans. Ainsi, il ne suit pas la tendance du remplacement systématique par la variété Deglet Nour.

Par ailleurs, il dispose de deux serres financées par l’association AGDOR : une serre destinée au maraîchage commercial (alternance entre tomates et piments) et une serre pépinière où il démultiplie les espèces par passion et aussi par engagement. Ainsi, il développe les semences maraîchères locales. Il déclare « vendre les plants mais aussi les donner à ses amis, voire à tous ceux qui sont intéressés ». Autour, il a planté de nombreuses fleurs donnant un aspect très bucolique à sa parcelle.

Il est très soucieux de sa formation continue et il participe régulièrement à des ateliers ou des stages organisés par les administrations publiques ou les structures associatives. Il est très à l’écoute des nouvelles techniques et méthodes de cultures et de valorisation des productions locales.  Aujourd’hui, il est devenu à son tour formateur. Il est considéré comme une personnalité relais dans la Corbeille. Il y reçoit régulièrement les visiteurs et experts étrangers.

Une parcelle moderne périphérique

Parcelle moderne desservie par la piste
Parcelle moderne desservie par la piste

A l’extrémité sud-est de la palmeraie de Nefta, une vaste parcelle d’une dizaine d’années produit 14 tonnes de dattes Deglet Nour. Elle se trouve au bord d’une large piste permettant l’accès à tous types de véhicules. Un pick-up est d’ailleurs sur la parcelle avec l’ensemble des caisses destinées au transport des dattes.

La parcelle est équipée d’un puits à moteur et de deux bassins d’irrigation circulaires surélevés. Des bornes en béton permettent l’irrigation de chaque carreau de la parcelle. Le dispositif est très caractéristique de ceux qui ont profité des subventions étatiques dédiées à la rationalisation de la production des dattes.

Elle est plantée de palmiers alignés et espacés ainsi que de figuiers et de grenadiers en intercalaire. Au sol, de l’herbe, plus ou moins sèche. La parcelle est hétérogène. Elle dispose de palmiers plus anciens de variété diverses, puis de plantations plus récentes de Deglet Nour. Ces derniers ont été plantés par phases successives depuis une dizaine d’année. La parcelle est dans une zone mixte comprenant des parcelles nues, des palmiers plus âgés de variété diverses et de nouvelles plantations de Deglet Nour. Il s’agit d’un front d’exploitations modernes, qui s’étend au gré des investissements. Elle est séparattese la pa/rdf" /particuliè par une simple piste.

Elle appartient à un propriétaire originaire de Nefta, qui vend les dattes sur pied à une entreprise d’exportation sfaxienne, dont les gestionnaires sont à Nefta. Cette dernière a négocié le prix des dattes sur pied en juillet, lorsque les dattes étaient encore jaunes, et a posé des moustiquaires pour s’assurer de la bonne maturation et pour minimiser les attaques parasitaires, notamment de la pyrale. L’objectif est d’avoir le plus grand nombre de dattes de premier choix. En effet, ils achètent les dattes à 0,5 dinar le kilo et peuvent les revendre jusqu’à 2,5 dinars le kilo pour les dattes de première qualité sur le marché international.

Pour la récolte, l’entreprise a mobilisé une équipe de 13 personnes, un jeune contrôleur diplômé en électromécanique, un chef d’équipe et  onze ouvriers. Tous sont originaires de Nefta. Le jeune est payé 18,5 dinars par jour tandis que l’ensemble des ouvriers est payé à la tâche 350 dinars par jour, sur une estimation de dix jours de travail, selon les déclarations du jeune contrôleur. Ce salaire est relativement élevé car il est basé sur le principe du travail à la tâche. L’efficacité de l’équipe est alors pleinement rémunératt. Les ouvriers s’organisent par spécialité. Trois jeunes montent dans les palmiers, qui dépassent rarement 8 mètres. Les autres, plus âgés, sont chargés du tri et de la mise en caisse, selon la qualité. Tous sont saisonniers, et ont d’autres activités une fois la récolte terminée, à la mi-décembre. Certains ont des terres où ils font un peu de maraîchage. D’autres ont travaillé dans le secteur touristique. Le jeune contrôleur, bien que fils d’agriculteur, déclare faire ce travail par défaut, ne pouvant pas valoriser son diplôme dans le gouvernorat de Tozeur. Il a par ailleurs vécu une expérience malheureuse dans une usine de textile où il travaillait plus de 50 heures par semaine pour 300 dinars par mois. Pour lui, dans le gouvernorat de Tozeur, il ne reste que les dattes comme activité relativement bien rémunératt.

Discussion

Si extérieurement, les deux parcelles apparaissent très différentes, sont-elles à même d’incarner deux perspectives de développement opposées ?

En effet, les deux parcelles sont hautement intégrées à des logiques internationales : si l’une est avant tout intégrée par le marché et l’investissement, l’autre l’est par un tissu complexe d’interrelations personnelles amenant à la positionner dans les grands débats contemporains sur l’agroécologie.

Par ailleurs, la logique productive n’est jamais absente de la parcelle de la Corbeille, l’exploitant saisissant différentes opportunités économiques. De même, la parcelle périphérique conserve des logiques traditionnelles d’étagement avec l’implantation d’arbres fruitiers (figuiers et grenadiers) non destinés à l’export. Ses arbres attestent d’un attachement à l’imaginaire oasien local. Ils participent de l’inscription de cette nouvelle parcelle dans la continuité de l’espace oasien hérité. Loin d’un débat autour de la « modernisation » et la « tradition » dans l’agriculture, les deux exemples rendent compte d’un ancrage territorial qui se fait à travers les systèmes mixtes de production, et aussi à travers la mobilisation d’une main d’œuvre locale spécialisée mais fortement polyactive.