Parcourir la Corbeille : cheminer avec l’érosion après l’inondation

Par Irène Carpentier, David Goeury, Zakaria Kadiri

La corbeille de Nefta est une palmeraie enserrée au coeur d’un cirque de sable d’un kilomètre de largeur. En dessous de cette strate de sable, une couche d’argile étanche générait de multiples résurgences, jusqu’à 152 sources, selon les dires. Mais le percement de cette couche d’argile par des forages profonds à mis fin à ce phénomène naturel.

Aujourd’hui, la corbeille reste un lieu important de la mémoire locale et a fait l’objet d’un projet d’écotourisme depuis 2008. Bien qu’elle ne doive sa survie qu’à une série de forages profonds (plus de 140 mètres) aussi bien pour irriguer les 20 ha de terres, que pour remplir le vaste bassin de son extrémité orientale, elle a été présentée par les autorités et les bailleurs de fonds internationaux, comme un nouveau modèle de tourisme oasien en Tunisie, suite à des aménagements financés, par la principauté de Monaco entre autres. La crête est dominée par les hébergements qui se revendiquent plus ou moins écologiques, du fait de leur vue plongeante sur cet écrin de verdure. Chaque hôtel ou maison d’hôte assure sa promotion à travers la Corbeille, les qualificatifs ethno-environnementaux sont démultipliés dans de large articles d’auto-promotion touristique.

Or, une visite de terrain le 19 octobre 2016, nous a poussé à regarder autrement ce site largement mis en scène dans les médias. En effet, mardi 27 septembre, en 90 minutes, 74 millimètres de pluie se sont abattus sur la ville. Soit la plus forte averse depuis cinq ans. Les bassins versants se sont couverts de ravines, le sable s’est engouffré dans le lit des oueds et est venu recouvrir une grande partie des aménagements touristiques ainsi que certaines parcelles agricoles. L’aléa climatique joue un rôle de révélateur de la fragilité des dispositifs et des discours. Coulées de sables, structures arrachées, eaux stagnantes, déchets déplacés, sont autant de stigmates d’une réalité bien moins heureuse que celle projetée par des manipulateurs de symboles que sont les professionnels du tourisme, les désigners à la mode et autres ONG de développement local.

Pour cela nous avons décidé de procéder à une reconnaissance à pied, d’abord circulaire en longeant le périmètre de la Corbeille, puis en empruntant le chemin touristique dans son intégralité.

Poser un regard froid, après la pluie.

Les bassins versants de la Corbeille souffrent d’une érosion constante surtout après des pluies aussi violentes que rares. L’écoulement génère de nombreuses ravines. Le sable arraché glisse alors dans la palmeraie. Il s’agit alors d’une lutte constante des exploitants qui démultiplient les dispositifs de retenu de la terre : barrières de palmes de palmier, plantations ponctuelles sur le versant mais surtout au pied de ce dernier pour ralentir les glissements.

Gabions mis en oeuvre par la municipalité
Gabions mis en oeuvre par la municipalité

La construction des différents hôtels et maison d’hôtes sur les sommets a altéré les logiques d’écoulement et favorisé les tassements différentiels. Par conséquent, au pied de ces structures, la falaise se creuse et devient de plus en plus fragile pouvant amener à des glissements de terrain très brutaux. La municipalité a développé un programme de gabions mais déjà par endroit ces derniers ont été emportés.

Se pose alors la question du ruissellement au sein de la Corbeille. L’eau chargée de sable coule dans les oueds créant alors un relief très tourmenté. Des parcelles sont très encaissées, tandis que d’autres sont surélevées de plusieurs mètres par rapport au lit des oueds. Ces dernières sont ainsi protégées des inondations les plus violentes.

Sable dans le bassin de la Corbeille
Sable dans le bassin de la Corbeille

A l’extrémité orientale, le bassin est au coeur d’une zone de ravines, ces dernières sont accentuées par les bâtisses touristiques implantées au sommet. Lors des dernières pluies, il a été rempli de sable et l’eau s’est écoulé violemment au sein de l’oued, remplissant la séguia de limon mais aussi fragilisant certaines infrastructures. Au moment de notre visite, les équipes municipales curaient les structures pour rétablir la circulation de l’eau et des visiteurs.

Parcourir le lit de l’oued aménagé dans la corbeille : aller contre l’oasis

Parcourir d’amont en aval le trajet qui longe l’ancien lit de l’oued dans le site de Ras el Aïn, permet de se confronter, au fil du chemin, à l’emprise de cet emblématique projet de « réhabilitation de la Corbeille de Nefta » et de questionner les transformations d’un site oasien historique.

Aménagement touristique de la Corbeille
Aménagement touristique de la Corbeille

Présenté comme un modèle de valorisation écologique à son inauguration, aux aménagements « légers », le parcours est aujourd’hui désaffecté, et fortement dégradé dans la majeure partie de son tracé. En effet, seul le tronçon le plus proche du bassin est régulièrement fréquenté, les bancs accueillant les promeneurs locaux, familles, jeunes amoureux, buveurs et fumeurs. La question de la pérennité de tels modèles de valorisation de sites oasiens emblématiques est donc posée.

bassin-corbeille-de-nefta
Bassin de Ras El Aïn

En effet, à partir de 2008, face à la perte de rentabilité de l’agriculture dans la zone historique des sources, rendue célèbre par l’image coloniale de la « Corbeille », en référence à la forme en cuvette du site, et la diversité des fruits et légumes qui y poussaient,  le club Unesco de Nefta a l’idée d’aménager le lit de l’oued, sur une longueur totale de trois kilomètres. La valorisation éco-touristique devait prendre le relais du ralentissement de l’activité agricole, soumise à la pression du stress hydrique, de la perte de biodiversité, et du morcellement des propriétés. Grâce à des financements monégasques et au travail de paysagistes français, un parcours, traversant les 20 ha de la corbeille, est aménagé sur 800 mètres le long de l’oued qui historiquement irriguait l’ensemble de l’oasis de Nefta.

Or, désormais, dans un contexte de crise du tourisme oasien tunisien, la pérennité des aménagements est posée. En effet, quelle est leur place au sein des pratiques habitantes et exploitantes? Que révèlent-ils de l’organisation de l’espace du site de Ras el Aïn?

Le parcours invite le promeneur à marcher le long du lit de l’oued, désormais bétonné, pourtant il apparaît contre intuitif. En effet, il relève de pratiques spatiales contradictoires à celles des agriculteurs. Si le touriste est « celui qui fait le tour », et a vocation à traverser l’ensemble de l’oasis pour en apprécier la diversité paysagère et topographique, l’agriculteur se rend dans l’oasis pour travailler dans son exploitation, et éventuellement se reposer des « fracas de la ville ». Or, le site particulier de l’oasis de Ras el Aïn, en contrebas de la ville, avec des parcelles agricoles légèrement surélevées par rapport au fond du lit de l’oued, ne facilite pas l’accessibilité d’un tracé de promenade amont-aval. Traverser l’oasis de la corbeille n’est donc pas une cheminent habituel pour les agriculteurs  et n’est aucunement évident, en particulier dans le contexte de dégradation du parcours.

Parcours touristique le long de l'oued
Parcours touristique le long de l’oued

A ce site géographique singulier, s’ajoute un attachement à la valeur symbolique de cette oasis, tête et « cordon ombilical » de l’ensemble de l’oasis de Nefta. C’est à ce titre que cette zone fait l’objet d’un programme, inédit dans les oasis, de valorisation, et incarne l’image des nouvelles dynamiques de l’ensemble de la ville de Nefta, moins marquée par le tourisme de masse que Tozeur, plus orienté vers un tourisme alternatif.

L’aménagement du bassin et du lit de l’oued par le projet du club Unesco vise à répondre à des besoins d’aménagements et de valorisation des urbains. Ainsi, la logique de la production de services et d’aménités du paysage prend le pas sur la logique de production agricole. Les plantations de fleurs d’agrément, l’alternance des petits ponts en briques, les pierres qui animent le fil de l’eau incarnent la mise en scène du paysage de la corbeille pour répondre au besoin de promeneurs urbains. Cependant, la fréquentation de cet aménagement, visant à faire découvrir l’oasis au fil de l’eau, reste faible et essentiellement estivale, limitée à la partie haute du parcours, facilement accessible par la route, et entourée par la ville, qui multiplie les zones de contacts avec la corbeille dans la zone amont. Les visiteurs de la corbeille, jeunes couples et promeneurs, neftiens essentiellement, viennent profiter de la buvette et de la « piscine » que constitue le bassin principal. Seule cette buvette reste a priori active toute l’année. Une pluralité de pratiques de la zone de Ras el Aïn se superpose.

Jardin de la biodiversité
Jardin de la biodiversité

La dégradation des aménagements pose la question de la durabilité de ces projets dans un contexte de conjoncture changeante. En effet, certains jardins aménagés, comme le « jardin de la biodiversité » bordant le lit de l’oued, sont aujourd’hui à l’abandon, et inaccessibles, en raison des dégradations du tracé à l’occasion des pluies et d’une fréquentation limitée.

De la « Corbeille » au reste de l’oasis, un cheminement impossible

 

L’aménagement du parcours de la Corbeille avait vocation à se prolonger dans le reste de l’oasis. Pourtant, cela est aujourd’hui impossible. En effet, dans sa partie la plus étroite, l’oasis prend la forme d’un cordon de quelques dizaines de mètres de large correspondant à une ou deux parcelles. Or, les inondations ont rendu le passage impossible. Les parcelles, trop étroites et trop proches de quartiers urbains non réglementaires, subissent les affres de l’urbanisation. Un premier pont goudronné s’avère de fait la fin du parcours. Au delà, commence une situation confuse, sur la rive droite, les parcelles sont loties à leur extrémité ouest. Sur la rive gauche, la forte pente a maintenu des zones intermédiaires. Une vaste volière a été installée alors que sont déversés des monceaux de déchets depuis le quartier qui surplombe le passage. Le chemin entre les parcelles est désormais fermé, barré par les déchets. Par conséquent, le parcours s’arrête au milieu des charognes et des ordures.

Surplomb de l'extrémité de la Corbeille
Surplomb de l’extrémité de la Corbeille

Le tronçon aboutit à un deuxième pont, celui de la route principale qui traverse la ville. Là s’affirme une logique spatiale totalement opposée : la circulation automobile entre les deux rives de Nefta. L’oasis est franchie de façon fluide et rapide. L’automobile a imposé un nouvel ordre de priorité, d’autant plus facilement que les sources historiques sont taries.

Pont de Nefta séparant la Corbeille du reste de l'oasis
Pont de Nefta séparant la Corbeille du reste de l’oasis

Le pont jouent un rôle de « frontière » entre la Corbeille et le reste de l’oasis de Nefta. Et les récentes dégradations n’ont fait que renforcer cette limite physique et au combien symbolique. La Corbeille est désormais enfermée sur elle-même comme un monde à part, menacé de toute part. Au tarissement des sources, succèdent l’érosion des versants, la pression de la ville avec ses fronts de déchets.

« Faire le tour de la Corbeille » une pratique marginale, en négatif de l’activité agricole

La tentative de reconnecter les espaces oasiens, de recréer un parcours touristique qui aurait suivi le chemin de l’eau d’antan, paraît bien fragile. L’initiative est très intéressante sur le papier mais elle est aujourd’hui soumise à un principe de réalité.

Touristes et visiteurs sont bien souvent « intéressés » que par la partie centrale du circuit  au plus proche du bassin de la Corbeille. Les agriculteurs ne sont « concernés » que par leurs parcelles dans la Corbeille et éventuellement celles dans le reste de l’oasis. Par conséquent, le parcours dans son ensemble n’arrive pas à surmonter les effets de frontière. Les parcelles au contact du parcours présentent une grande diversité d’aspect, entre grande densité de palmier, d’arbres fruitiers, cultures maraîchères, et zones plus ou moins délaissées. L’espace des parcelles agricoles en bordure semblent malgré tout constituer une zone de résistance relative à la dégradation. Les terres agricoles restent les territoires vivants de l’oasis de Ras el Aïn. En effet, c’est le maintien de la logique productive agricole qui garantit la pratique de l’espace de la corbeille, la biodiversité, et un maintien du foncier.

Les aménagements de promenade connaissent ainsi une dégradation rapide et violente dans la mesure où ils répondent avant tout à des injonctions exogènes et fantasmées de durabilité et de patrimonialisation qui ne mobilisent pas la dimension agricole du tissu oasien, pourtant productrice de ce paysage.

Employés municipaux dégageant les aménagements touristiques
Employés municipaux dégageant les aménagements touristiques